Essais sur fondations

Méthode par transparence (NF P 94-160-1)

Dans un béton homogène, la vitesse du son est constante, de l’ordre de 4000 m/s. Elle chute rapidement en présence d’anomalies du type inclusion de sol, fissures, ségrégations, etc.
L’auscultation par transparence sonique permet de détecter des singularités localisées et apprécier l’homogénéité du béton entre les points d’émission d’une impulsion et de réception du signal.

Méthode par réflexion (NF P 94-160-2) ou par impédance (NF P 94-160-4)

Ces méthodes permettent d’apprécier la longueur d’un pieu et détecter des anomalies en fonction de la célérité estimée des ondes planes dans le béton. Elles consistent à transmettre un choc mécanique à la partie supérieure du pieu en frappant au moyen d’un marteau, puis à mesurer, au moyen d’un récepteur placé sur la partie supérieure du pieu, l’amplitude de l’onde vibratoire induite par le choc (et la force de frappe du marteau dans le cas de mesures par impédance).

Méthode par sismique parallèle (NF P 94-160-3)

Le but de l’auscultation par sismique parallèle est de déterminer la longueur de l’élément de fondation et la vitesse sismique dans le matériau constitutif.
Dans un forage préalablement réalisé au plus près de l’élément à ausculter, on déplace progressivement un capteur sismique qui enregistre l’onde sismique émise via la frappe d’un marteau sur la tête de fondation ou sur un élément qui en est solidaire. Le temps de parcours de l’onde ainsi enregistré permet de déterminer la longueur de la fondation et la vitesse sismique des matériaux constitutifs (sol et fondation).