Étude de sol

Etude de sol

L’étude de sol : les fondamentaux

L’étude de sol pour une maison qui dure longtemps

L’étude de sol, discipline de la géotechnique, s’intéresse à la composition d’un terrain pour pouvoir définir les principes de construction de votre maison et son type de fondation.

Par nature, les sols sont hétérogènes et ces disparités dans la composition d’un sol peuvent parfois engendrer des désordres, voire des sinistres s’ils ne sont pas pris en compte dans la construction de votre maison. C’est pourquoi, il est important de prévoir une étude de sol en amont de votre projet. En effet, de nombreux paramètres sont à prendre en considération car votre terrain peut être :

  • en pente,
  • au-dessus d’une nappe phréatique,
  • au-dessus de cavités,
  • instable en raison de la présence d’argile ou de toute autre matière,
  • proche d’un cours d’eau ou d’une rivière,
  • pollué,
  • etc.

Gérer le risque inhérent à la stabilité des sols

L’étude de sol permet de déterminer les caractéristiques physiques, physionomiques et parfois chimiques de sols en s’intéressant notamment à ces différents points :

  • la caractérisation des sols, c’est-à-dire l’identification des matières présentes dans le sol ;
  • la mécanique des sols, autrement dit à ses mouvements potentiels ;
  • la perméabilité des sols, c’est-à-dire la mesure de son potentiel d’infiltration ;
  • le risque sismique.

Les bureaux d’études spécialisés en géotechniques, dont Ginger CEBTP fait partie, réalisent les études de sol. Ces prestations nécessitent des compétences techniques et des moyens matériels très spécifiques.

L’étude de sol en quelques chiffres

Un nombre de maisons individuelles – ou de constructions « simples » – continuent d’être réalisé sans étude de sol, au risque de concevoir une structure inadaptée aux caractéristiques du sol. Résultat : chaque année, environ 20 000 désordres* sont recensés.

Les dommages liés à la stabilité des sols représentent 9% de ce total : soit environ 1800 cas par an.

L’étude de sol joue un rôle prépondérant dans le budget total d’un projet. Les coûts de réparation de ces désordres constituent 33% du montant annuel total, soit un coût de réparation moyen de 32 270 €. Selon la nature des désordres, le coût varie de 22 000 € jusqu’à 51 000 €.

*source Sycodés 2016, Agence Qualité Construction

Retour en haut

Les risques géotechniques

La diversité des matériaux présents dans le sol peut rendre complexe une construction future et/ou produire des détériorations, voire des sinistres sur un ouvrage existant pour lequel aucune étude de sol n’a été réalisée. Voici quelques exemples des principaux risques géotechniques :

Retrait et gonflement des argiles

Etude de sol-1
Le phénomène de retrait et de gonflement des argiles constitue une source assez importante de détériorations sur l’habitat individuel.

La présence d’argile dans un sol constitue un risque puisque la particularité de cette matière réside dans sa capacité de variation de volume selon sa teneur en eau. Autrement dit, en période de sécheresse, l’argile aura une tendance à rétracter plus ou moins fortement selon l’ampleur de la sécheresse. Dans ce cas-ci, un phénomène de retrait sera constaté et peut aboutir sur plusieurs types de désordres : fissuration de la structure, décollements, ruptures de canalisation etc.

À l’inverse, en cas de période de forte humidité, l’argile va se saturer en eau et ainsi augmenter en volume. Cela va avoir pour effet de gonfler les sols.

Les conséquences de ce phénomène peuvent être lourdes : fissuration de la structure, décollements des dallages, ruptures de canalisation, effondrement, etc.

Glissement de terrains

Etude de sol-2

La stabilité des terrains forme un enjeu majeur pour les ouvrages proches ou situés sur falaises, talus ou pentes. Un glissement de terrain peut occasionner de lourds dégâts, souvent irréversibles. Les études de stabilité géotechniques préviennent ce risque et permettent d’anticiper ces phénomènes.

Les fontis

Etude de sol-3

Une cavité sous-terraine peut engendrer l’effondrement du sol en surface lorsque les sols sont meubles. Ce phénomène est progressif donc détectable mais lorsqu’il se produit en surface, il provoque de gros dégâts sur les habitats ou les infrastructures. Les cavités peuvent être d’origines naturelles ou humaines, avec notamment la présence d’anciennes mines.

Retour en haut

L’étude de sol en 7 questions

Pourquoi faire une étude de sol ?

  • Vous souhaitez construire une maison mais aucune étude de sol n’a été réalisée ?

Cette omission peut présenter un risque de désordres, plus ou moins importants, selon la nature du terrain. Réaliser une étude de sol avant la construction vous permet de garantir la pérennité de votre future maison ou ouvrage. Elle définit les caractéristiques géologiques d’un terrain et, de ce fait, elle prévient des principaux risques géotechniques pouvant se produire. L’étude de sol vous fournira donc les solutions constructives afin d’éviter tout sinistre.

  • Vous avez déjà construit votre maison mais vous n’avez pas fait d’étude de sol ?

Dans certains cas, il est possible que des désordres (fissures, décollements de dalles, effondrements, etc.) apparaissent. Une étude de sol peut parfois être nécessaire afin d’évaluer si la nature du sinistre est directement liée à une problématique de stabilité des sols. Dans ce cas-là, il s’agit d’un diagnostic géotechnique.

Une étude de sol est-elle obligatoire ?

L’étude de sol n’est pas obligatoire pour les maisons individuelles, cependant elle est fortement conseillée. Pourquoi ? Car si la maison est construite sur un sol instable et où les fondations n’ont pas été conçues pour ce type de sol, les dommages peuvent être importants. Les coûts liés à la réparation mais aussi à la reprise des fondations peuvent être considérables. Ces coûts s’échelonnent de 20 000 € à plus de 50 000 € pour les cas les plus complexes.

Quand faire une étude de sol ?

Pour être efficace, l’étude de sol doit être faite avant la construction car les préconisations peuvent prévoir des dispositions particulières sur la nature des fondations. Il est important de le prévoir dès le début de votre projet de construction.

Combien coûte une étude de sol ?

Il n’existe pas de barème de prix concernant l’étude de sol car de nombreux facteurs entrent en compte. D’une part, la nature du terrain (accessibilité, pente, talus, proximité d’un cours d’eau etc.), d’autre part, de la situation géologique (zone sismique, présence d’argile, gypse ou cavité, etc.) et enfin de la complexité du projet (emprise au sol, présence d’un sous-sol, etc.).

De manière générale, l’ordre de prix avoisine à 1% du montant du projet de construction.

À qui faire appel pour réaliser une étude de sol ?

Les bureaux d’étude spécialisés dans la géotechnique sont les plus à mêmes de conduire des études de sol de qualité pour des prix maîtrisés. Il existe de nombreux professionnels de la géotechnique, soyez vigilant au contenu des missions.
Ginger CEBTP dispose d’un réseau d’agences très étendu, en France métropolitaine et Outremer, et possède des agences dans toutes les régions de France. Consultez l’agence la plus proche de chez vous.

Une étude de sol, comment ça se passe ?

Une étude de sol pour un projet de maison individuel se déroule généralement en 4 étapes :

  1. L’étude de site par l’analyse documentaire de la situation géologique théorique de votre terrain.
  2. L’investigation géotechnique par une campagne de sondage directement fait dans le sol. Cette phase permet d’extraire des échantillons du sous-sol en vue de sa caractérisation.
  3. La caractérisation des sols par des analyses en laboratoire. Cette phase a pour but d’identifier les caractéristiques physiques de votre terrain.
  4. Les recommandations par la remise d’un rapport détaillé.

Ma maison présente des fissures, que dois-je faire ?

L’origine des fissures dans une maison peut être de plusieurs natures : elles peuvent avoir pour origine des malfaçons, des défauts de structures ou bien un problème de stabilité de sols. Dans tous ces cas-là, il est important de déterminer la nature exacte des fissures dans sa maison pour pouvoir les contenir.

Ginger CEBTP, en sa qualité de bureau d’étude spécialisé dans l’ingénierie de prescription, dispose de compétences poussées dans l’ingénierie des sols, des matériaux et des structures des bâtiments. Il peut donc vous accompagner dans la recherche de l’origine des désordres et préconiser les dispositions curatives de votre maison.

Retour en haut

La règlementation géotechnique

La géotechnique, comme de nombreux métiers, est encadré par une norme précise : la NF P 94-500. L’augmentation de la sinistralité liée à des problématiques de sol a accéléré l’encadrement de la profession. Cette norme définit donc précisément l’enchainement des missions géotechniques. Calquée sur la loi MOP, elle contribue à faciliter le maître d’ouvrage dans la conception de son projet. La norme NF P 94-500 (version 2013) se compose ainsi en 5 grandes missions :

Diagramme

Diagramme comparatif des anciennes et nouvelles missions de la norme NF P 94500

Dans son rôle de spécialiste en géotechnique, Ginger CEBTP a contribué à l’élaboration de la mise à jour de la norme version 2013 via ses ingénieurs les plus experts. Ginger CEBTP dispose donc d’une parfaite connaissance technique et réglementaire de toutes les missions géotechniques sur maisons individuels et sur tout autre ouvrage.

Retour en haut